Faux-semblant

Publié le par Arnaud de Castéra

 

 

Le bal fait semblant de s’amuser. Les uns et les autres tournent, s’alignent et se croisent sans se voir, en cadence, simultanément étrangers. Ainsi la vie sociale, social faux-semblant.

Pour de vrai, c’est pour de rire, sauf qu’on ne rit pas. On fait semblant.

 

Je fais semblant. Depuis toujours je fais semblant. Semblant de rire et semblant de pleurer . Semblant d’étudier, semblant de chercher, semblant de trouver et semblant de me perdre et de perdre ce que je n’ai jamais trouvé. Semblant.

 

Je fais semblant de discuter et semblant d’aimer. Semblant de voir ce que je ne sais où regarder, d’entendre ce que je n’écoute guère, de savourer l’insipide, semblant de vivre. Semblant.

 

Pour de vrai, c’est pour de rire, sauf qu’on ne rit pas. La musique s’est tue, et les lumières du bal sont éteintes depuis longtemps.

 

 

 

Publié dans Pourquoi écrire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article